PROGRAMME D’ÉDUCATION DES FILLES

I-CONTEXTE ET JUSTIFICATION

La FSU opère dans une communauté semi-urbaine. La population de ce milieu jadis était rurale et s’adonne aux activités agricoles. Mais l’extension de la ville a englouti le milieu.Ces terres cultivables sont devenues des terrains urbains car elles ont été loties et vendues et des maisons y sont construites.

La population ayant aussi perdu sa principale activité génératrice de revenu qui est l’agriculture, se retrouve sans ressources économiques et financières n’arrive plus à subvenir à ses besoins. La croissance démographique à empirer cette situation et engendra des problèmes dans le domaine de l’éducation, de santé et de développement communautaire du bien-être social.

Cette situation a amené les parents à démissionner de leur responsabilité. La délinquance juvénile s’est accrue et la plupart des élèves abandonne l’école faute de soutien. Ce phénomène est plus accentué au niveau des filles qui étant laissées à elles-mêmes très tôt se livrent à une vie de débauche. Les conséquences sont les grossesses précoces, la drogue, les avortements qui parfois emportent leur vie ou des naissances d’enfants qui sont très tôt abandonnés et dont les pères sont inconnus dans la plupart  des cas.

Face à cette situation de condition de vie déplorable, FSU entreprend de mettre sur pied un projet d’éducation des filles qui a pour objectif de maintenir les élèves filles, dans le système éducatif jusqu’au moins à la fin de leurs études secondaires.

 

II- CADRE GÉOGRAPHIQUE DU PROJET

Le projet d’éducation des jeunes filles couvre tout le canton de Sagbado qui comprend 10 villages. Ce canton s’étend sur une superficie de 80m² avec un rayon d’action de 7 km à la ronde.

 

III- DESCRIPTION DU PROJET : CIBLES,RESSOURCES HUMAINES ET MOYENS

Les bénéficiaires de ce projet sont les élèves car l’objectif est de réduire le fort taux de déperdition scolaire qui sévit dans le milieu.

Un centre de regroupement des jeunes filles dénommé: Charity Girl Education Center (GEC) sera mis  en place. Ce programme enrôlera plus de 150 filles, ces filles seront encadrées sur le plan scolaire pour leur donner le goût aux études jusqu’au moins à la fin des études secondaires.

Elles bénéficieront avec leurs parents ou tuteurs des formations socio-éducatives, d’éducation sexuelle, de planification familiale pour éviter des grossesses précoces, d’entreprenariat, d’activités génératrices de revenu, d’auto-emploi en vue de se prendre en charge et d’assurer une vie d’adulte  responsable et saine.

A cet effet des moyens et des ressources humaines seront déployés pour la réalisation de ce programme.